Le GTVO de 2 Givrettes

Le GTVO de 2 Givrettes !

9 juillet 2022, 1er ultra pour nous, enfin un ultra qu’en tant que copine on se partage…      Bon ok, 9 juillet 2022, 1er trail long pour nous.

4h55 du mat’ – Ligne de départ – Laruns….

  • Quoi, non mais attends, tu commences par la fin là, c’est n’importe quoi !
  • Ah oui tu veux vraiment que l’on démarre de là où tout a commencé ? Bon ok, tu l’auras voulu, car tout est parti de toi.

Donc petit retour en arrière…. Il y a un peu moins d’un an – août 2021 – les Templiers sont dans 2 mois, il faut s’entrainer, et les copines sont là pour m’accompagner. Nous voilà donc parties pour une sortie montagne. ⛰

Et là, sans prévenir, (ça ne faisait pas 30 min que l’on courait) Marie – qui deviendra ma binôme – me lance : 

  • Hey Lili, j’ai pensé (déjà qui sont ces personnes qui pensent avant midi ?), tu ne voudrais  pas faire le GTVO avec moi ? [expression de surprise 😳 endormie sur mon visage] Ben oui on a peu près le même niveau et on aime la montagne – ben oui logique, arguments en bétons là.

Et moi de me voir lui répondre : 

  • Ok, mais seulement si tu t’inscris avec moi sur le marathon des Causses aux Templiers l’an prochain (non mais sérieux Lili, on frôle le niveau 0 de la réflexion là, du grand bélier : foncer sans réfléchir). 
  • Ok ça roule, on fait ça. 

Et voilà comment tout a commencé.

Toujours avec cette idée qui me semble encore bonne, courant octobre je me dis que peut-être ça pourrait être bien de me pencher sur le profil de ce GTVO quand même. Et là surprise : 35km chacune et 2.500D+. 

😱😱😱😱😱😱😱😱😱😱😱😱😱😱

  • Heu ! Marie, nous avons un problème là, toi tu as la caisse, mais moi mon max c’est 28km et je n’ai jamais dépassé les 1.700/1.800D+ dans ma vie sur 1 journée. 
  • T’inquiètes Lili, ça va le faire ! (ça, ce sera la réponse favorite de ma binôme durant les prochains mois).

Bon heu, on va peut-être demander à un des entraineurs de nous coatcher et nous faire un planning sur ce coup là.

  • Yep Matthieu, voilà notre projet : faire le GTVO en relais en juillet prochain et ensuite le marathon des templiers. Quoi, notre objectif 😁? Heu juste arriver à terminer le GTVO sans se faire bloquer aux barrières horaires et passer la ligne d’arrivée si possible sans mettre 3 semaines à s’en remettre. Oui, on part de loin.
  • Ok les filles, je vais vous suivre sur Strava et ensuite je vous prépare un planning. En gros nous commencerons début janvier. »

Voilà pas de problème, on est bon. Enfin c’est ce que nous pensions…

Un matin de fin décembre, j’envoie un message à Marie :

  • Ça te dirais pas d’aller voir le lever de soleil à l’Isarce le 1er janvier ? 

Et elle de me répondre : 

  • Ouais carrément, ça peut être classe de commencer l’année comme ça. 

Ah oui détail qu’il faut savoir sur Marie, elle ne dit jamais non, elle est toujours partante pour tout, donc soyons honnête ce n’est pas elle qui va t’arrêter dans tes idées à la c***.

Et on l’a fait, réveil à 5h30 un 1er janvier, pour attaquer la montée de l’Isarce à la frontale à 6h du mat’ (je vous ai dit que je n’étais pas du matin moi ?). Et le pire c’est que c’était magique, notre année a donc commencé ainsi. 

Petite précision, à partir de ce moment là, nous avons établis une règle : «Ne pas me proposer de plan ou idée de génie en dehors de la plage horaire 12h – 17h.» 

Pourquoi ça ? Tout simplement car avant midi c’est le matin et je ne suis pas réveillée, mon cerveau est au ralenti, et après 17h c’est l’apéro. 

Bref, nous avons donc encore en tête notre superbe début d’année, quand nous recevons un message de Matthieu qui nous envoie nos plans d’entrainent respectifs.

  • Heu ! Marie, tu as vu le programme de Matthieu ? Il y a un problème, il n’a pas prévu de week-end cuite/bringue/fiesta ! Tu crois que c’est un oubli ?
  • Ouais j’ai vu ça et en fait notre vie est programmée sur les 6 prochains mois là !

Et voilà, un vrai binôme jusqu’à passer la St Valentin ensemble… Oui ! Oui ! 14 février ouverture des inscriptions du GTVO. Les places sont limitées, nous savons que nous devons être à 12h30 pile sur le site pour espérer pouvoir s’inscrire. On se retrouve à 12h25, ordinateur, compte à rebours… et c’est maintenant qu’il faut déterminer l’ordre des relais.

  • Marie, sur le GTVO, on va flirter avec les barrières horaires, on va donc arriver au milieu de la nuit. Le problème c’est que moi je suis myope, je n’y vois rien la nuit et ça va pas aller pour la descente.
  • T’inquiètes Lili, dans ce cas tu prends le relais 1 et moi le 2, ça va le faire ! (oui je vous avais prévenu que ceci était la réponse favorite de ma binôme).

Je suis donc relais 1 ; départ à 5h du mat’. 

Marie relais 2 ; départ en milieu de journée. 

Bon je vous passe l’incompréhension de… tout le monde en fait. 

  • Heu ! Mais Lili, tu n’es pas du matin, tu ne vas jamais arriver à te lever à 4h… 
  • Et toi Marie tu ne supportes pas la chaleur, tu vas devoir prendre un départ au plus chaud de la journée en plein été…

Oui on sait mais à ce moment là, ce choix reste très logique pour nous…

Ok bon ben c’est parti.

Et nous partons sur une base de 3 séances par semaines – une séance intensive (VMA ou seuil), et deux séances en EF. Nous avons découvert l’EF ou endurance fondamentale. Mais oui tu sais ce que les Givrés ont du mal à faire, mais si courir au cardio sans se mettre dans le rouge et donc apprendre à aller doucement. Oui, oui, courir doucement fait partie du programme. Bon soyons honnête, au début nous avions beaucoup de mal 😤🤬 avec ma binôme. Puis Matthieu a dû se mettre à notre niveau et nous expliquer que l’EF consistait à courir tout en étant capable de parler ! Ah ben voilà, il ne nous en fallait pas plus.😁 Et finalement nous avons commencé à apprécier cette séance : le bla bla run on gère nous. 💪

Nous voilà donc à enchainer les entrainements, sorties, le tout entrecoupé de 2 courses d’entrainement. 

  • Lili, tu me rappelles ce qu’est une course en entrainement ?
  • Oui c’est une course durant laquelle tu vas te tester, voir où tu en es et surtout tester ton alimentation, hydratation ainsi que ton matos. C’est très important de pouvoir faire ça.
  • Ouais tu n’as pas oublié quelque chose là ?
  • 🤔🤔🤔 ?
  • Lili, p*** c’est une course où tu laisses ton esprit de compétition au placard !!!!
  • Ah ouais c’est vrai. C’est ce que j’ai fait, ou essayé… Mais c’était cool de doubler les gens dans la descente du Pibeste avant de passer la ligne d’arrivée !

Six mois sur ce rythme. 

Six mois durant lesquels nous échangions plusieurs fois par semaine avec Matthieu. 

Six mois durant lesquels Matthieu a fait preuve de beaucoup de patience. 

Six mois durant lesquels je me marrais lorsque j’entendais Marie négocier avec Matthieu et sortir son fameux « Ou alors… ».

  • Matthieu je dois faire une séance d’EF et une sortie longue. Ou alors je fais une big rando et je fais sauter l’EF » (ceci est un des exemples de ce qu’elle a pu nous faire)
  • Lili c’est l’hôpital qui se fout de la charité là non ? On en parle de tes arguments : « Matthieu c’est bon j’ai fait mes 3 séances et demain je vais au ski ⛷. Ça ne compte pas le ski de piste après tout on ne fait pas travailler ses jambes »

Ok, six mois durant lesquels Matthieu nous a supporté.

Six mois aussi durant lesquels notre famille, nos proches ont dû suivre notre rythme, faire avec. Parce qu’en vrai une petite prépa ça prend du temps. Ce sont des entrainements le soir après le boulot et le week-end. Ce sont des moments où nous ne sommes pas dispo pour aller boire un verre🍻, où nous arrivons en retard au restau.

Et puis, il y aura eu le fameux week-end choc. Moment clé de la prépa, 1 mois avant la course. En gros sur un week-end se taper la distance et le D+ que nous aurons à faire le jour J.

Ce qui a été chouette pour ce week-end c’est que nous l’avons fait avec les copains qui étaient inscrits sur le GTVO en relais. Mais en plus nous avons été rejoints par quelques potes du club qui sont venu nous accompagner sur 1 ou 2 jours. Un très bon moment passé ensemble.

1er jour : 15km et 1.300D+. On part à 13h30…. mi juin… Sous une grosse chaleur 🥵. 

L’intérêt ? permettre de voir comment notre corps réagi sous la chaleur, notamment pour les coureurs du second relais.

Départ de Spandelles : 1ère montée pic de Bazes. Redescente sur Spandelles où nous nous arrêtons rapidement aux voitures pour se recharger en boisson 🍼🥤et bouffe 🍕🥪 si nécessaire. Avant de repartir pour la 2ème montée au Pic de l’Estibète. Ce parcours se rapproche de ce que nous allons avoir au GTVO. Des montées, des descentes. L’intérêt de passer par la voiture est de faire comme si nous faisions une pause au ravito. Oui, on ne dirait pas comme ça mais c’est réfléchi. 🤣

Ok ! 1ère journée de validée. On prend une bière🍺. On rentre chacun chez soi. On défait notre sac pour le refaire en suivant. On voit vite fait notre famille, douche, bouffe, dodo.  

Et go ! 2ème jour : Départ de la sortie à 7h30… L’intérêt : commencer à me préparer à devoir me lever et à courir très tôt (oui 7h30 c’est hyper tôt pour moi). Une vingtaine de km et un peu plus de 1.000D+.

Cette fois on fait la reco d’une partie du parcours du second relais.

C’est magnifique. Sur le retour on commence à sentir la fatigue dans les jambes de notre sortie d’hier. Mais c’est pas grave, ça passe.  

Le week-end est validé. Et d’après Matthieu « Si vous passez le week-end choc, vous passez la course ». Voilà, on est rassuré.

Fin du week-end choc ; ardoisière, pizzas, bières ensemble

Autant les entrainements diminuent en intensité sur le dernier mois, autant le stress lui monte.

Matthieu passe ce temps là, à nous rassurer, nous recadrer (pourquoi je ne peux pas aller faire un bivouac une semaine avant le GTVO).

Nos nerfs sont passés sur nos proches… Tout va bien pour Marie et moi.

Et puis…. 9 juillet 2022, 1er ultra pour nous, enfin un ultra qu’en tant que copines on se partage… Bon ok, 9 juillet 2022, 1er trail long pour nous.

4h55 du mat’ – Ligne de départ – Laruns….

La boucle est bouclée. Nous y voilà, départ pour cette folle course. 

⏰ à 3h30 du mat’😫… tellement d’excitation que ça ne pique pas tant que ça.

Parents et amis qui viennent me chercher pour m’accompagner sur la ligne de départ.Je retrouve les copains du club. Et là j’ai droit à une belle discussion de la part des gars :

  • J’ai mis une bande sur mes tétons pour éviter le frottement. Sinon je termine la course avec les tétons en sang moi !
  • Sérieux les gars, il n’est même pas 5h du mat et on parle de vos tétons là ? 

En vrai, merci pour ce moment, au moins, pendant un temps j’ai oublié le stress de la course. 

5h00 – Compte à rebours.  5️⃣ 4️⃣ 3️⃣ 2️⃣ 1️⃣ 🎉

Départ ! Feu d’artifice🎆🎇, coucou à ma mère et à mon pote qui sont là et …. 

1ère montée. On en chie, tous. On grimpe, tête baissée. 

Puis à un moment on sort de la forêt 🌳🌲, on prend 5 min pour se retourner et là, on voit le lever de soleil 🌄 sur les montagnes 🌄. Moment magique 🥰, moment magnifique. 

Ok ça valait le coup de se lever si tôt.

Et la course s’enchaine, 1ère barrière horaire passée de justesse, pacer présent pour m’encourager.

Je ne vais pas m’étaler. Mais ce fut des moments à avancer avec les autres coureurs. A repartir du 2ème ravito avec un copain du club qui était là pour nous encourager et faire un bout de route avec nous. Se retrouver à 5 Givrés sur plusieurs km, sur de la descente à courir ensemble🏃‍♀️🏃‍♂️🏃‍♀️🏃‍♂️ pour rallier le 3ème ravito. Arriver à ce fameux 3ème ravito, celui où les supporteurs peuvent accéder facilement. 

Punaise qu’il est bon ce ravito, on retrouve les amis venus nous soutenir, ma mère et mon pote qui sont là depuis le début (oui présents depuis 4h du mat’) et qui vont me gérer. Et effectivement à ce ravito je suis prise en charge, la seule chose que j’ai à faire c’est bouffer. Ils me donnent mon sandwich, check mes réserves de bouffe🌭🍪, me rechargent en boisson (font le vide d’air du camel). Et moi je me laisse faire. C’est plaisant de ne rien faire. 

Et hop on repart assez vite, mais rechargé et reboosté d’avoir vu les proches. Ce que ça fait du bien. Et là je sais que je suis sur la fin. Les jambes vont bien, le moral est bon. Je repars à mon rythme, la chaleur arrive mais ça va. Garder du jus pour les derniers km qui sont longs et roulants, voilà le conseil que m’a donné Toto. Et c’est ce que je fais.

J’attaque les 5 derniers km, tout va bien. Environ 2 km avant l’arrivée, 2 amis sont là, ils avancent avec moi. En forme, on accélère, on double, on sprint, et voilà ligne d’arrivée pour moi, passage de relais. 

Ma binôme est là qui m’attend. On parle vite fait :

  • Oui je vais bien, à toi maintenant. 

Je l’envoie vite prendre son départ, car l’émotion d’avoir terminé cette 1ère partie est là, mais pour elle ce n’est que le début, elle doit partir et se concentrer sur sa course.

Voilà, fin pour moi « P*** que c’est bon. » Je suis heureuse, je suis bien. Je pourrais continuer encore un peu. Je me suis éclatée, j’ai pris mon pied. Je suis sur un petit nuage. Je suis Happy (sheep). J’ai le smile 😊😁.

Maintenant c’est à Marie de jouer. 

Vous vous souvenez quand je vous ai dit que je faisais le relais 1 pour ne pas avoir à franchir la ligne d’arrivée en plein milieu de la nuit…

… Samedi 21h15 fin du GTVO (je vous confirme qu’en juillet à 21h la nuit est loin d’être tombée), passage de la ligne d’arrivée main dans la main 👭 avec ma binôme. Ça y’est, c’est fait, on l’a fait, on a réussi. Quelques larmes j’avoue… Bon ok grosse émotion, on chiale😭. Défi relevé pour nous.

Le dimanche soir, on se retrouve à l’ardoisière : bières, pizzas, macarons… La boucle est bouclée (encore).

L’ardoisière qui nous aura vu passer tout au long de notre prépa, notre terrain de jeu. L’ardoisière où nous avons pu nous détendre à la fin du week-end choc. Et enfin l’ardoisière où nous avons trinqué à notre GTVO et vu un beau couché de soleil.

Finalement sur ce week-end j’ai pu voir le soleil se lever le samedi puis le voir se coucher le dimanche. J’ai des étoiles dans les yeux🤩, assise sur un petit nuage, la tête pleine de magie, entouré de gens que j’aime (ouais, même si parfois vous êtes nuls, je vous aime bien quand même). La vie est belle.

Mon récit du GTVO doit être assez décevant pour vous, je le conçois. La course en elle-même ne représente que quelques lignes. Mais en fait, avec le recul, cette course ne durera « que » 7h pour moi, face à plus de 6 mois de prépa. 

Cette course est bien sûr importante pour moi, je ne dis pas le contraire. Si vous saviez ce qu’elle m’a apportée, les images que j’ai, l’émotion qui arrive lorsque j’y repense. Mais ça je le garde pour moi. Il n’y que moi qui ai ressenti, senti, touché cette partie. 

Par contre, le reste, ce premier semestre passé à s’entrainer représente une part importante du GTVO. Et cette partie, je n’étais pas la seule à la vivre, à être touchée par ça. Mes proches, mes amis, ma famille l’ont vécu eux aussi, chacun à son niveau. Encore une fois, ils ont dû s’adapter et faire avec.

Alors merci à eux, merci à vous, merci tout court.

Maintenant repos, apéro, bouffe….

  • Heu Lili, je ne veux pas casser ton truc mais dans 3 mois nous avons les Templiers. D’ailleurs Matthieu vient de nous envoyer notre plan d’entrainement. Notre vie est programmée jusqu’en octobre. Oh non il a encore oublié de prévoir un week-end cuite.

Bon ben c’est repartie (mais cette fois promis c’est la dernière…), la boucle est bouclée

Le Petit Génie c’est elle, l’écriture c’est L.