Test Frontale ArmyteK | Les givrés de Nay

Test Frontale ArmyteK

Test matos : Armytek Wizard, ma nouvelle lampe frontale

Il y a 2 mois de ça, je ne m’étais jamais intéressé aux lampes frontales, n’en ayant pas l’utilité. Mais avec l’hiver qui arrive et les journées qui raccourcissent, il a bien fallu investir. J’ai d’abord acheté une lampe frontale Dunlop à 2€ chez Action. Mais impossible de courir un trail en pleine nuit avec, c’est bon pour courir le soir au crépuscule ou la nuit pour le bivouac.
J’ai ensuite regardé chez Aonijie puisque j’aime cette marque et j’ai acheté le modèle à 17€. L’éclairage est un peu plus puissant (110 lumens) que sur la petite Dunlop, mais je ne suis pas très fan du faisceau, trop central avec très peu d’éclairage périphérique. A garder en mode dépannage si la lampe principale tombe en panne par exemple, ou parfaite pour les entrainement sur route propre.

Du coup, j’ai un peu sondé le web pour trouver une lampe correcte à prix contenu, j’ai eu le choix entre plusieurs modèles, mais une marque est souvent revenue avec des commentaires très positifs, Armytek. Mon budget étant de 70 euro, j’ai choisi le modèle Armytek Wizard v3 XP-L Magnet USB (Warm).

Derrière ce nom barbare se cache une lampe frontale atypique puisqu’elle ne reprend pas la forme habituelle des lampes frontales. Ici, c’est une sorte de petite lampe de poche que l’on vient clipser sur un support. On peut donc tout à fait utiliser la lampe à la main si besoin. La Led n’est donc pas parfaitement au milieu de la tête, mais légèrement déportée. Peu importe, ça ne change rien.


Fabriquée en aluminium, elle ne pèse que 144grammes (sans accu). Sur la  tête, on ne la sent pas. C’est peut-être du au bandeau qui fait le tour de la tête mais qui passe également pas dessus la tête. Ce n’est pas élégant certes, mais au moins, ça ne bouge pas. Je n’ai pas testé sur un bonnet, il ne fait pas encore assez froid pour ça.

La lampe est alimentée par un accu 18650 3200mAh. En dévissant le bouchon de la lampe, on peut facilement en changer, ce genre d’accu ne coûte pas très cher et se trouve assez facilement. On peut évidemment les recharger, peinard à la maison grâce au chargeur magnétique. Rien de plus simple, on branche la prise USB sur son pc et on aimante l’autre côté du câble au cul de la lampe, que l’on aura pris soin de dévisser d’un quart de tour. Un indicateur sur le câble indique si la charge est en cours, s’il y a un soucis (bouchon mal dévissé) ou si la batterie est pleine. Malheureusement, quand le bouchon est dévissé d’un quart de tour, on ne peut plus allumer la lampe, ce qui veut dire qu’on ne peut pas la recharger en pleine course. Le système magnétique était pourtant la bonne idée, branché sur une batterie externe, on ne devait pas chercher pour brancher la recharge. Il faudra donc apprendre à gérer sa lampe sur une nuit ou apprendre à changer l’accu dans le noir, qui n’est pas si aisé que ça (perte des joints toriques).

Il existe 2 versions, une version cold et une version warm. Ca ne veut pas dire qu’une chauffe plus vite que l’autre, mais c’est simplement pour définir le type de led utilisée. Pour la cold, il s’agit d’une led blanche, et pour la warm, une led plus jaune. Pour le choix, j’ai fait confiance aux différents avis reçus. Tous m’ont orienté vers la version warm. Selon les utilisateurs, la version warm restitue mieux le terrain, tandis que la version cold à tendance à créer des ombres plus prononcées qui ont tendance à grandir la taille des obstacles. N’ayant pas les 2 version pour juger, je ne saurais en dire plus.

La lampe propose 6 modes d’éclairage et tout se règle avec un seul bouton, le tout géré électroniquement pour garder un éclairage constant et pour éviter la surchauffe  :

  • Clair de lune 1 : 0.4 Lumen ANSI (100 jours) – inutile
  • Clair de lune 2 : 2.1 Lumens ANSI (18 jours) – permet d’aller faire pipi la nuit ou pour ne pas réveiller celui qui dort à côté de vous dans la tente
  • Principale 1 : 28 Lumens ANSI (48h) – permet de marcher
  • Principale 2 : 167 Lumens ANSI (9h) – permet de courir sur terrain pas trop bosselé
  • Principale 3 : 363 Lumens ANSI (3.8h) – permet tout
  • Turbo  :1120 / 930(OTF) Lumens ANSI (1.5h) portée 119 mètres – permet de dire “quel est le con qui a pas baissé ses pleins phares”

Difficile de vous proposer un test visuel , en photo, ça ne rend rien. mais en gros, je me suis mis sur ma terrasse et j’ai éclairé le fond de mon jardin en mode “à fond” sur chaque lampe. Avec la lampe Dunlop, je n’arrivais pas vraiment à voir le bout. Avec la aonijie, sur le point central, je voyais bien, mais 2m à gauche ou à droite, c’était sombre. Puis j’ai allumé la Armytek en principal 3 et j’ai presque failli me retourner pour voir qui avait allumé le spot halogène de la terrasse. Waw, impressionné, tout le jardin était éclairé, de manière uniforme, sans point central, avec une lumière jaune très agréable. Cette impression s’est confirmée lors d’une petite sortie, commencée au crépuscule et terminée en pleine nuit, c’est hyper confortable cet éclairage. Et cette lampe n’est pas le plus gros modèle de la marque.

Pour le prix, cette lampe est parfaite. Le soucis de non-recharge en course n’en est finalement pas un pour moi puisque je suis loin d’avoir le niveau pour courir une nuit entière.

https://www.max-zed.com/test-matos-armytek-wizard-nouvelle-lampe-frontale

La vidéo test de Christophe de chez HTMOI 974!

%d blogueurs aiment cette page :